Les changements dans la nouvelle édition 2021 du Missel Romain expliqués par le père Mohan SAWHNEY o.praem

Depuis Vatican II, nous avons été habitués à participer à la messe dans notre propre langue maternelle. Un des grands changement voulu et opéré par le Concile était justement de permettre au fidèle de mieux comprendre la messe, de mieux y participer, entre autre par l’usage de la langue parlée couramment par les gens (Constitution Sacrosanctum Concilium du Concile Vatican II).

Les plus anciens parmi nous se rappelleront peut-être l’enthousiasme et même dans certains cas la joyeuse débandade qui suivirent lors de l’application du Concile dans les années 60 et 70.

Le pape Paul VI en promulguant le nouveau missel en 1970 désirait que l’édition typique de ce nouveau missel en latin serve de base à toutes les traductions en langues vernaculaires qui seraient faites plus tard.

La version française du Missel Romain vit le jour en 1970, mettant fin aux nombreuses improvisations pas toujours heureuses qui avaient court ici où là. Mais cette traduction s’était faite un peu à-la-va- vite en vue de fournir le plus rapidement possible un instrument aux communautés et aux paroisses et en ne respectant pas toujours au mieux l’original latin.

Il convenait donc de la revoir plus sérieusement et de manière plus scientifique au niveau linguistique comme le demandait déjà en 2001 St Jean-Paul II dans le décret Liturgiam authenticam. Un nombre de linguistes, de latinistes et d’évêques se mirent donc à la tâche dans toutes les sphères linguistiques du monde catholique.

Après le monde anglophone, c’est à celui de la francophonie d’obtenir un résultat concret. Le nouveau Missel Romain que nous avons en main et qui sera d’usage à partir de l’Avent 2021 est le fruit de ce travail. Si la plupart des changements concernent les oraisons et sont davantage audibles, d’autres concernent l’assemblée et nécessiteront une certaines adaptation dans les mois à venir.

Les principaux changements pour les fidèles:

1. Le confiteor

….C’est pourquoi je supplie la Bienheureuse Vierge Marie, les anges et tous les saints et vous aussi frères et sœurs de prier pour moi le Seigneur notre Dieu
Le nouveau texte introduit enfin les femmes comme le font déjà depuis longtemps nos frères anglophones et néerlandophones.

2. Le credo

….Engendré non pas créé, consubstantiel au Père, et par lui tout a été fait.
Sans vouloir entrer dans les détails théologiques, le mot consubstantiel traduit mieux la véritable identité du Christ et est la traduction littérale de ‘consubstantialem Patri’ du credo latin original.
Nombre de théologiens catholiques dont Jacques Maritain avaient d’ailleurs fait remarquer à Paul VI dans les années 60 que ‘de même nature que le Père’ était incorrect.

3 La préparation des dons

A côté de la formule connue et qui avait fait jaser beaucoup de liturgistes, on trouvera désormais en option la formule qui a toujours existé en néerlandais, en anglais et dans toutes les autres langues:

Priez, frères et sœurs: que mon sacrifice, et le vôtre, soit agréable à Dieu le Père Tout Puissant:
Que le Seigneur reçoive de vos mains ce sacrifice à la louange et à la gloire de son nom, pour notre bien et celui de toute l’Eglise.

4. Le Notre Père

Ne nous laisse pas entrer en tentation à la place de ‘Et ne nous soumets pas‘ qui sous-entendait que Dieu était à l’origine de tout le mal qui nous arrive est déjà corrigé et entré dans les usages.

Il est évident qu’une telle traduction demandera du temps, de l’attention et de l’apprentissage. Vous disposerez donc dans les premiers mois d’un dépliant en carton reprenant ces modifications ce qui évitera confusion et cacophonie. Nous espérons que tout ceci portera du fruit avec le temps.

P MOHAN SAWHNEY o.praem.
Vicaire de Notre Dame de Laeken à Bruxelles

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.